1 min.

Un peu d'histoire de la cité de Carcassonne à 10 minutes à pied du 139 carcassonne

 la cité de Carcassonne à 10 minutes à pied départ Le 139 carcassonne.

Trois kilomètres de remparts, deux enceintes fortifiées (IVe et XIIIe siècles), quatre portes, 52 tours et barbacanes offrent des points de vue remarquables sur les alentours. Le château comtal est le cœur du dispositif de défense de la Cité de Carcassonne.


Le site, habité depuis l’Antiquité, se protège au Bas-Empire derrière une enceinte gallo-romaine. Celle-ci n’empêche pas les Wisigoths, les Sarrasins et les Francs de prendre tour à tour possession des lieux. Centre du pouvoir des comtes de Carcassonne, puis de la célèbre famille Trencavel au XIIe siècle, elle passe au pouvoir royal suite à la croisade des albigeois (1209-1229) lancée par le pape Innocent III. Carcassonne, accusée de complicité avec les Cathares, est assiégée et capitule en 1209. Annexée en 1226 au domaine royal, Carcassonne est dirigée par un sénéchal. La Cité devient une place forte à double mur d’enceinte.


Elle garantit la frontière entre la France et l'Aragon jusqu'au traité des Pyrénées en 1659.


Au XIXe siècle, l’architecte Viollet-le-Duc restaure la Cité et parachève l'œuvre de restitution du XIIIe siècle. La ville est alors au bord de la démolition et sert de carrière de pierres. Pendant plus de 50 ans (de 1853 à 1911), Viollet-le-Duc et son successeur Paul Boeswillwald lui redonnent son aspect médiéval : destruction des constructions parasites entre les deux enceintes, couverture en lauze grise des tours et restauration des décors, des hourds sont reconstitués. Dans les années 60, les tours gallo-romaines sont coiffées de tuiles.


À l’intérieur de la cité, la basilique Saint-Nazaire est aussi restaurée par Viollet-le-Duc. Elle associe une nef et des collatéraux romans à un chœur et un transept gothiques. Elle abrite de remarquables vitraux dont les plus anciens datent du XIIIe siècle. Plusieurs objets lapidaires de la basilique sont présentés dans le musée du château.